promesse-pour-la-france
A découvrir La vie est belle Leadership Lifestyle Réflexions Relations

Allons-nous trop vite pour aimer?

Par le 20 février 2019

Alors que je suis assis dans ma chambre d’hôtel au Canada, il fait – 20 degrés dehors, mais ma famille dégage l’amour qui me réchauffe. Ici, dans cette saison cruciale de ma vie, je prends plus de temps à me poser que d’habitude.

Je me rends compte, plus que jamais, que pour que l’amour grandisse dans nos relations, nous devons ralentir.

L’urgence tue l’amour, alors que les pauses le rendent consistant. 

 

Lorsque nous prenons le temps de nous asseoir en face de quelqu’un et que nous écoutons son cœur, et qu’avec beaucoup de franchise et de sincérité, cette personne nous confie qu’elle se sent seule, pas épaulée, ni soutenue… nous prions alors ensemble et essayons de comprendre ce qu’il se passe. Mais, lorsque dans la même journée, nous nous retrouvons encore une fois dans une situation semblable avec une autre personne qui se sent elle aussi seule car personne ne l’appelle et ne vient la voir. Si au cours de la troisième rencontre, la situation se répète: une personne en pleurs se sent seule. A la fin de la journée, nous pouvons interroger Dieu et Lui demander ce qu’il se passe. Avec tout son amour, Dieu nous répond: «vous allez trop vite pour aimer, vous allez trop vite pour avoir le temps d’aimer.»

Exode 28.29-30 Lorsque Aaron entrera dans le sanctuaire, il portera sur son cœur les noms des fils d’Israël, gravés sur le pectoral du jugement, pour en conserver à toujours le souvenir devant l’Eternel. Tu joindras au pectoral du jugement l’urim et le thummim, et ils seront sur le cœur d’Aaron, lorsqu’il se présentera devant l’Eternel. Ainsi, Aaron portera constamment sur son cœur le jugement (le cœur de Dieu) des enfants d’Israël, lorsqu’il se présentera devant l’Eternel. (LSG)

Dieu déclare qu’Il aime Ses enfants. Aaron en tant que lévite doit servir le peuple de Dieu. Dieu lui demande de graver sur son cœur, sur son pectoral le nom des enfants d’Israël. Servir Dieu, c’est aimer les gens. 

Quand Dieu dit Aaron d’aller dans Sa présence, Il veut qu’il porte sur son cœur les enfants de Son peuple. 

L’amour de Dieu va toujours nous pousser à nous poser certaines questions. 

Qu’est-ce qu’il y a de meilleur pour le peuple? Pour ma femme? Pour mes enfants? Quels sont les choix que nous pouvons prendre qui vont réellement amener le meilleur pour les gens qui m’entourent? 

L’amour nous poussera toujours à mesurer l’impact de nos décisions, de nos choix sur le peuple, les gens, nos familles et nos enfants. 

Nous ne sommes pas coupables de ne pas vouloir aimer mais nous allons beaucoup trop vite pour aimer. 

Le problème arrive quand nous voulons faire beaucoup de projets en même temps et qu’alors nous perdons les gens pour lesquels nous faisons tout cela. 

Aimons-nous la foule ou le peuple? La foule, c’est génial… mais Dieu s’est choisi un peuple. 

Est-ce que nous nous rendons compte que, dans tout ce que nous faisons, nous devons aimer les gens? Parfois, nous voulons tellement aller vite, nous voulons tellement conquérir de nouveaux territoires, que nous perdons les gens pour lesquels nous allons conquérir ces territoires. 

Dieu n’a pas demandé à Aaron d’écrire sur son cœur une belle et puissante vision. Il lui a demandé d’écrire les prénoms de ceux qui Lui appartiennent. Ce qui est plus puissant qu’une vision, c’est l’amour pour les autres. 

L’amour pour les autres fera que malgré le manque de vision, le manque de clarté dans ce que nous voulons faire, nous atteindrons toujours le résultat que Dieu attendait. 

La grande vision, sans l’amour de Dieu pour les autres, nous fera forcément échouer. Il est si facile d’oublier d’aimer le peuple, alors que nous servons le peuple. 

Rien ne remplacera le temps que nous passons avec les gens. 

La solution de Dieu est radicale : gravons sur notre cœur le nom de ceux que Dieu nous a confié. Est-ce que ce que nous faisons rendra la vie de mon frère ou de ma sœur meilleure, et selon le cœur de Dieu? Est-ce que ce que nous faisons rapprochera les gens de Dieu?

Il y a un dicton très célèbre qui dit que le temps, c’est de l’argent. C’est faux. Le temps, c’est de l’amour. Ne nous laissons pas dépasser par la vitesse de ce que nous faisons au détriment de ceux que nous aimons. 

Il est très facile de construire un projet, beaucoup plus difficile de construire une personne. Ce qui va vraiment toucher notre monde, c’est l’amour de Dieu en nous. Qu’il soit grand ou pas, large ou pas, personne ne peut ignorer l’amour de Dieu en nous. Nous devons reconsidérer notre vie d’église en simplifiant notre vie. Il est très facile de laisser ce que nous faisons voler notre temps, voler l’amour que nous avons à donner. Les gens peuvent ne pas se sentir aimés car nous agissons au détriment d’eux. C’est très subtil ! 

Nous devons freiner ce que nous faisons pour nous assurer que chaque personne autour de nous soit puissamment ancrée dans la Parole et l’amour de Dieu. Avant la vision, il y a  l’amour. La vision est enracinée dans l’amour. 

Nous sommes là pour le peuple de Dieu, et non pas pour un grand projet! Rien ne remplace le temps de qualité que nous investirons chez les autres. 

Philippiens 1.7 Il est juste que je pense ainsi de vous tous, parce que je vous porte dans mon cœur. (LSG)

Quel genre de vie voulons-nous avoir ou offrir? Voulons-nous d’une vie où nous avons du temps pour aimer les gens, pour nous asseoir avec nos enfants et discuter avec eux? Pour nous asseoir avec notre époux(se)? Pour rejoindre un groupe de Chrétiens la semaine et prendre le temps de boire une café avec eux?

L’amour change les cœurs, mais pas les règles. 

Nous devons ralentir lorsque nous sentons que nos relations se fragilisent. Et dès que les gens perdent leurs valeurs à nos propres yeux, nous devons ralentir pour les aimer. Quand nous allons trop vite, c’est exactement comme si nous disions aux gens que nous n’avons pas le temps car ce que nous faisons pour eux est plus important qu’eux. Est-ce que ce que nous faisons pour les autres est plus important qu’eux? Où est l’intérêt? Et si nous nous investissions les uns dans les autres? Demandons à Dieu de nous apprendre réellement ce qui amène les gens à Le connaître et ce qui Lui donne la gloire. 

Romains 12.15 Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent; pleurez avec ceux qui pleurent. (LSG)

Pour accomplir cette parole, il nous faut du temps: le temps de s’asseoir. Jésus n’avait pas tous les projets que nous avons et Il a impacté le monde. Ne laissons plus jamais la vitesse du projet détruire la profondeur de l’amour que nous avons les uns pour les autres. Le projet doit soutenir l’amour et non pas le remplacer, sinon il devient factice. 

Nous devenons de véritables experts en conseils, quand une personne nous appelle pour pleurer. Nous cherchons à ce qu’elle arrête de pleurer en lui disant: «Dieu a dit…, il est écrit dans la Parole…» mais peut-être que la personne voulait juste pleurer, alors pleurons avec elle! 

Que pouvons-nous faire pour que nos familles soient vraiment heureuses? Pour que notre église soit richement bénie de la gloire de Dieu et de Sa puissance? Pour que les souffrants sentent que nous compatissons et qu’ils guérissent grâce à la puissance de Dieu? Le monde a besoin d’une église remplie de compassion (qui signifie “souffrir avec” en latin) et l’église a besoin de compassion.

Nous ne pouvons pas donner ce que nous n’avons pas. Si nous n’avons pas été remplis de l’amour de Dieu, si nous ne nous sentons pas aimés, si nous ne voyons pas cet amour de la part des autres, nous ne pourrons pas reproduire cet amour avec d’autres personnes. Un jour ou l’autre, nous serons affaiblis, en colère, vides, détruits, frustrés,… L’offense cherche un terroir caractérisé par l’absence d’amour. Quand l’amour règne, l’offense fuit mais quand l’amour est fragile, l’offense s’installe et détruit. L’amour excuse tout, pardonne tout, ne sème pas le mal, ne critique pas, mais donne toujours une seconde chance, …

Nous allons trop vite pour aimer mais nous n’avons pas encore échoué! Remettons en place les bonnes priorités. Qu’y a-t-il de meilleur pour les autres?

Une décision prise hors de l’amour va toujours détruire, faisons nos choix dans l’amour de Dieu.

Commentaires

commentaires

MOTS CLÉS
ARTICLES EN RELATION
BRUNO PICARD
La Réunion

J’ai l’immense joie et privilège d’être marié à Elodie. Nous sommes les parents comblés de 3 enfants qui se prénomment Lisa (née en 2003), Anna (née en 2007) et Théo (né en 2014). En 2000, nous avons été conduits à implanter une église locale qui aujourd’hui s’appelle Extravagance à l’île de La Réunion. Nous avons choisi ce nom après plusieurs mois de réflexion dans la prière. Mais nous avons eu la paix de le choisir… Sans regrets mais non sans quelques incompréhensions. Cela étant dit, nous voulons continuellement rappeler au Monde que l’Amour de Dieu est EXTRAVAGANT. C’est à dire qu’il trouvera toujours un chemin pour atteindre les cœurs. Pasteur à plein temps, je suis tellement reconnaissant d’appartenir à une équipe pastorale extraordinaire. J’enseigne à l’école Destinée et par Sa grâce, j’exerce un ministère prophétique partout où Dieu me conduit. Mon appel est de libérer des destinées mais aussi d’étendre le règne de Christ en équipant des hommes et des femmes afin qu’ils deviennent des leaders forts et matures pour l’œuvre du ministère. J’interviens souvent dans la formation du Leadership à tout niveau et dans de très nombreux domaines. Mon rêve : voir mon île, ma nation, la Francophonie entière être sauvée par Jésus-Christ … Merci d’exister

Me contacter